Objectif : inscrire la protection des océans parmi les priorités du fédéral

Après les élections et le changement de gouvernement de 2006, la Fondation David Suzuki et la Living Oceans Society constataient avec accablement que l’enjeu de la conservation des océans ne faisait plus partie des priorités gouvernementales ou législatives au fédéral. Les deux organismes avaient travaillé pendant des années à obtenir que le fédéral s’engage à financer un programme pluriannuel de protection de l’environnement, mais lors du premier budget du nouveau gouvernement, ces fonds s’étaient tout simplement évanouis.

« Malheureusement, le gouvernement a consacré moins de 19 M$ aux efforts de conservation dans le cadre de son Plan d’action pour les océans. Cela contrevient gravement à la capacité du Canada de remplir ses obligations établies par la Loi sur les océans. Des aires marines fragiles et importantes resteront sans protection et mal gérées tant que le gouvernement n’allouera pas davantage de ressources à cet enjeu important. »

– Fondation David Suzuki

Pour remettre la question sur les rails, les organismes nous ont donné un mandat de conseil stratégique continu, pour soutenir leur action de lobbying à Ottawa. Notre équipe a organisé un certain nombre de rencontres face à face avec des parlementaires, de présentations devant le comité des Finances de la Chambre des communes et une conférence très courue de décideurs de la Colline parlementaire. En coordonnant les efforts de lobbying avec la publication d’opinions en regard de la page éditoriale et une annonce pleine page dans les journaux, nous nous sommes assurés d’informer le public des besoins de financement fédéral.

Résultats : le gouvernement a montré qu’il redevenait sensibilisé à l’enjeu, et le discours s’est réorienté pour inclure des références plus fréquentes aux préoccupations des groupes.
Lors des annonces budgétaires suviantes, le financement pour les questions environementales a été augementé de 19 millions $ à 61 millions $ .